Actualités: Liste des titres      

Autoroute Est-Ouest, L'ANA dément tout arrêt des travaux

2010-04-19

Les travaux de l'autoroute Est-Ouest au niveau des lots centre et ouest n'ont pas été gelés sur décision du groupement Citic Crcc, comme rapporté par quelques titres de la presse nationale.


Joint hier par téléphone, le secrétaire général de l'Agence nationale des autoroutes (ANA), M. Khaldi, a formellement démenti cette information. «Il n'y a eu aucun arrêt des travaux de la part des Chinois au niveau des parties prises en charge par le consortium.»


Il est vrai qu'une réunion s'est tenue jeudi dernier au niveau du siège de l'ANA, regroupant les responsables de Citic Crcc et de l'ANA, mais il s'agissait «d'une réunion de chantier sans plus»,a précisé notre interlocuteur qui a insisté sur le fait que «nous organisons constamment des réunions de ce genre afin d'évaluer l'avancement des travaux au niveau du chantier et discuter les éventuelles difficultés rencontrées sur le chantier», a-t-il dit.


Pour rappel, le quotidien électronique «tout-sur-l-algerie» a annoncé dans son édition du 18 avril que «les Chinois ont décidé d'arrêter les travaux pour réclamer le paiement des surcoûts et protester contre la décision de l'ANA d'exiger la levée de toutes les réserves précédemment signalées par les bureaux d'études chargés du contrôle et du suivi du projet comme préalable au paiement des travaux».


A ce propos, M. Khaldi a indiqué que «si une telle action venait à être engagée, elle ne peut être décidée que par les hauts responsables des institutions concernées, à savoir l'ANA et Citic Crcc»,«et cela n'a pas été le cas», insiste le responsable de l'ANA. Toutefois, ce dernier a affirmé que «lors des réunions, on est confronté à des problèmes d'ordre technique qui sont réglés avec le consentement des deux parties».


Le montant est plafonné alors que des surcoûts sont réclamés
Selon TSA, «les Chinois réclament le paiement d'une première tranche de 400 millions de dollars sur une facture de plus de 2 milliards de dollars correspondant à des surcoûts».


A ce sujet, M. Khaldi a affirmé que «les Chinois réclament des surcoûts alors que nous nous sommes entendus sur un montant plafonné du projet, chose qui a été approuvée par la partie chinoise», «mais nous avons comme même lancé des études sur le terrain pour identifier les éventuels surcoûts réclamés par Citic Crcc».


Aujourd'hui, souligne notre interlocuteur, «nous ne pouvons pas nous engager tant que les résultats des études ne sont pas entre nos mains, mais ce qui est clair : si nous devons quelque chose aux Chinois, nous le réglerons sans soucis».


Pour ce qui est des retards de paiement de certains marchés à l'encontre des Chinois, M. Khaldi précise qu’«il faut prendre en considération les prestations bancaires qui souvent ne relèvent pas de notre autorité».


Nous avons tenté de joindre le groupement Citic Crcc pour avoir la version de la partie chinoise, mais en vain. Le consortium Citic Crcc est chargé de réaliser les lots centre (Bordj Bou Arréridj-Chlef) sur 169 km et ouest (Chlef-frontière marocaine) sur 359 km. Le compte à rebours a été déclenché en septembre 2006, date du démarrage des travaux.


Cette infrastructure routière est prévue pour relier les deux extrémités nord du pays, autrement dit les villes frontalières d'El Tarf à l'extrême est et Tlemcen à l'extrême ouest, et ce, sur 1216 kilomètres.


Le montant de l'infrastructure est de l'ordre de 805 milliards de dinars, soit 341 milliards de dinars pour le lot est, 187 milliards de dinars pour le lot centre et 251 milliards de dinars pour le lot ouest.


Le premier responsable du secteur, Amar Ghoul, a à maintes reprises précisé que le montant est plafonné et ne souffre d'aucune rallonge ni réduction.

Nassima Bensalem Le Temps d'Algérie


          

Actualités: Liste des titres