Actualités: Liste des titres      

Tlemcen ternie par les contrebandiers de carburants

2012-07-28

Une ville malade de ses «hallaba»

Rien ou presque ne manque à Tlemcen pour être un pôle touristique d'excellence de l'ouest du pays. Retapée à neuf à l'occasion des festivités de l'année culturelle islamique, la ville qui offre des variantes de sites et autres monuments historiques à visiter souffre néanmoins du manque terrible de carburants.

Des chaînes interminables se forment à longueur de journée dans les stations-service où il faut vraiment s'armer de patience avant d'être servi. Une moyenne de 30 minutes est nécessaire pour espérer arriver à la pompe et se faire servir, au milieu d'une cohue où chaque client tente de se frayer un chemin et griller la politesse à l'autre.

Dans ces conditions, les gens ont les nerfs à fleur de peau et une rixe est vite arrivée. La raison de cette situation n'est pas liée au manque de carburant ou au mauvais approvisionnement des stations, mais dictée par le phénomène de la contrebande de ces produits stratégiques. Les contrebandiers des carburants appelés dans cette région frontalière avec le Maroc «les hallaba» mettent la pression sur les stations en faisant le plein de leur véhicule à longueur de journée.

Une fois le plein fait, il est vidé et stocké quelque part. Ainsi de grandes quantités sont frauduleusement acheminées vers le Maroc, pas loin de la ville. Ces deux derniers jours, plusieurs citoyens du centre du pays qui sont venus dans la ville inscrire leurs enfants affectés dans les écoles et instituts de Tlemcen ont été «surpris» par cette «pénurie» et ont été pris au piège avec des réservoirs qui n'assuraient pas le retour vers chez eux. Voulant s'approvisionner dans la ville et faire le retour tranquille, ils ont été simplement choqués par le phénomène.

Dans une pagaille et au milieu des longues files de véhicules légers et lourds, il était impossible de se frayer un chemin ou de pouvoir parler à quiconque. Nullement découragé par cette situation, un citoyen a tenté de passer par devant et expliquer son cas au chef de la station qui ne voulait rien entendre. «Vous devez faire la chaîne comme tout le monde», lui a-t-il dit.

Au même moment, un pompiste lui expliqua qu'il devait demander la permission aux «hallaba» s'ils veulent bien le laisser passer en premier. Entre-temps, un commissaire de police en tenue de service accompagné de son chauffeur est venu supplier le chef de la station pour faire le plein de son véhicule personnel. Le citoyen a compris alors que c'était peine perdue que d'attendre et de perdre son temps. Les stations-service prises d'assaut, une situation vécue au niveau de toutes les villes de l'ouest et presque à 50 km à la ronde de Tlemcen. Il faut aller jusqu'à Sidi Bel Abbès pour s'approvisionner en carburant.

C'est d'ailleurs au niveau du tronçon autoroutier de cette ville que sera érigée une station-service. Les contrebandiers de carburants qui opèrent au vu et au su de tout le monde constituent à eux seuls un phénomène qu'il faut éradiquer pour encourager les visiteurs à aller vers cette belle ville, sans avoir la hantise d'une panne sèche.



M. Z.            Le Temps d'Algérie

Actualités: Liste des titres