Actualités: Liste des titres      

Le tourisme et Tlemcen

2012-03-14

Tlemcen la capitale des Zianides mise sur le tourisme


L'objectif visé par les responsables étant de faire mieux connaître la place du tourisme et de l'hôtellerie dans l'économie nationale, afin de choisir et d'assumer un modèle de développement touristique, de développer l'offre hôtelière et élever sa qualité.
Dans ce sillage, le pôle d'excellence touristique à Tlemcen, inscrit dans le programme du ministère, répond à la demande d'un marché et doit avoir une autonomie suffisante pour pouvoir rayonner à l'échelle nationale et/ou internationale.

Dans ce sillage, la wilaya de Tlemcen s'attelle sérieusement à la promotion de quelque huit zones d'extension touristique. Cette opération, qui sera menée par la direction du Tourisme, vise à créer l'activité touristique et des circuits touristiques en synergie avec un projet de développement territorial. Au niveau de la wilaya de Tlemcen, la direction du Tourisme va prendre en charge deux zones d'extension touristique (ZET) d'une superficie de 100 hectares chacune au niveau des zones côtières de M'cirda et de Souk Tléta ainsi que la réalisation d'un village touristique pour un volume de 150 millions de dollars. Le village disposera d'une capacité de 732 lits, outre un hôtel 5 étoiles, des bungalows, villas individuelles, ainsi que d'autres commodités à caractère récréatif.

A cela, d'autres ZET totalisant une superficie de près de 400 hectares, réparties à travers les régions côtières, entre autres, Sidna Ouchaa et Honaïne.

Un total de lits dépassant les 1.500 sera concrétisé, afin de pallier le déficit enregistré et encourager par-là le secteur du tourisme, notamment le tourisme balnéaire. De par sa position géographique extrêmement stratégique, elle est appelée à devenir une destination de choix dans la carte touristique du pays et à jouer un grand rôle dans la promotion de la destination, non seulement Tlemcen mais l'Algérie. Si le choix a été porté sur Tlemcen, tout simplement la région recèle des atouts naturels diversifiés et des potentialités touristiques exceptionnelles, marquées en plus de son littoral et ses paysages ainsi que par un patrimoine matériel et immatériel riche. Cependant et dans le but d'encourager un tourisme intégré et développer une stratégie commune de sauvegarde de la nature et des paysages, qui demeure une priorité absolue, la direction du Tourisme a proposé d'autres actions visant l'aménagement des sites naturels touristiques, à l'image des grottes de Béni Add, El-Ourit ainsi que les stations thermales. Des investissements importants s'annoncent dans le secteur du tourisme et de l'hôtellerie, dans une optique de diversification des marchés, des modes d'hébergement et de l'offre touristique, en vue de défendre la position de la destination touristique, surtout dans cette contrée qui possède des merveilles en culture, artisanat, sites et monuments, plages, etc.

Le secteur du tourisme tend à reconquérir ses lettres de noblesse, avec la mise en place d'une politique qui entend bien se propager jusqu'au cœur des coins les plus enclavés du littoral, qui compte 23 plages dont seulement une dizaine est autorisée à la baignade. A Tlemcen, faut-il le rappeler, le tourisme occupe une très grande place dans l'économie car il est créateur d'emplois, et tous les indicateurs montrent que l'activité touristique s'est accrue et la tendance se poursuit aujourd'hui, grâce à la manifestation de «Tlemcen capitale de la culture islamique». Etant l'un des secteurs qui connaît le plus fort taux de développement économique dans la région de Tlemcen, puisque la saison estivale a drainé plus de 8 millions d'estivants, le tourisme est désormais l'un des pôles attractifs de la région, et il représente une source économique non négligeable. Pour atteindre les objectifs d'ici à l'an 2025, les décideurs du secteur sont à pied d'œuvre pour atteindre l'objectif tracé.

Si le métier de l'hôtellerie exige la maîtrise de certaines compétences comportementales, et si aussi cet exercice impose une culture polyvalente, il est à noter que la direction du Tourisme propose la classification de sites et vestiges pour leur protection, notamment le plateau de Lalla Setti, le Grand Bassin et la Maison du patrimoine de Nédroma.

Par ailleurs, la direction du Tourisme a prévu, dans le cadre du plan de développement du tourisme à l'orée 2025, plusieurs actions importantes dont notamment le village touristique à Moscada, dans la daïra de Marsat Ben M'hidi. Ce projet, a-t-on indiqué, inscrit dans le cadre de l'investissement touristique pour un volume d'investissement de 150 millions de dollars US, dispose d'une capacité de 732 lits. Il s'agit d'un hôtel 5 étoiles, de bungalows et autres commodités. Les responsables du secteur sont conscients que le métier de l'hôtellerie est un exercice complet car il fait appel à la culture, à la civilisation, à la science, à la pédagogie et à la sociologie. Ils misent beaucoup sur ce secteur pour mieux développer la région économiquement. Aussi faut-il comprendre que le métier de l'hôtellerie, restauration et du tourisme n'est pas à la portée du premier venu, mais de celui qui en a fait ses preuves, de quelqu'un qui a une haute culture et qui l'a choisi avec amour et conviction. Dans ce contexte, la direction du Tourisme mise également sur la formation et le perfectionnement du personnel pour répondre à toutes les demandes du touriste. Ceci dit que le tourisme ne pourra jamais servir de locomotive à l'économie dans un pays ou une région qui ne respecte pas toutes ces conditions. Le développement de cette branche jeune de l'économie est tributaire de la mise en place d'une ressource humaine à qualification rigoureuse et pointue, respectant tous les principes et réglementations, imposés tant au niveau local que régional.

Sur le plan culturel, Tlemcen demeure l'une des plus importantes cités au Maghreb arabe qui a vécu le passage de plusieurs dynasties, notamment les Almohades, les Mérinides. Tlemcen a été longtemps marquée par de nombreux sites et objets qui faisaient la fierté de toute une région.

Ces lieux de beauté, lieux de mémoire ne sont pas une liste de rescapés mis sous bulle après avoir échappé de justesse aux agressions des envahisseurs, notamment les Turcs et les Français. A Tlemcen, toutes ces merveilles existent, on peut les rencontrer, les faire parler, les faire voyager, les naviguer, les escalader, les habiter, les respirer, les caresser…. De nombreux touristes étrangers visitent ces lieux.

Ainsi et dans le cadre de protéger ces lieux, plus de 15 milliards ont été accordés pour réhabiliter la médina de Tlemcen. A cela, s'ajoutent les différentes opérations menées visant la restauration de quelque 100 sites dont notamment Mansourah, Bab El-Karmadine, des mosquées, etc.

Ceci dit, la mise en valeur des monuments historiques, véritable repère de la ville et de toute la société de Tlemcen, permet un élargissement et un enrichissement des motivations touristiques, surtout que Tlemcen est considérée comme étant un musée à ciel ouvert composé de plus de 50 sites dont un important nombre classé.


Yazid Boubkeur            Le Quotidien d'Oran

Actualités: Liste des titres