Actualités: Liste des titres      

La wilaya de Tlemcen est transformée en un vaste chantier

2010-03-09

Comptant près d’un million d’habitants, Tlemcen aspire à une croissance durable sur tous les plans, économique, social et culturel. La ville, socio-culturellement, constitue un bel exemple d’une communauté multiculturelle homogène brassant des cultures de différents horizons grâce à la présence de ressortissants de plusieurs pays. Sur le plan économique, la wilaya a su redéployer avec succès son économie qui s’est plus développée dans le sens de la diversification, tout en gardant cependant son caractère industriel et commercial.
A la veille de la manifestation «Tlemcen, capitale de la culture islamique 2011», cette wilaya de l’Ouest algérien continue à se transformer harmonieusement en une agglomération en pleine expansion démographique et économique. Le développement contrôlé et durable est un objectif essentiel pouvant s’appuyer sur de nombreux atouts, notamment l’existence d’un environnement plus propice et le dynamisme d’une ville qui a décidé de relever le défi de la modernité.
Sans renier son passé, Tlemcen entend tirer pleinement profit de son grand potentiel de développement et de ses nouvelles réserves foncières. D’importants projets sont en cours de réalisation, notamment un théâtre de verdure, un centre d’étude andalouse, des musées, des bibliothèques, des galeries d’exposition, des pôles culturels, etc.
Et les «produits et matériels» devant alimenter toutes ces infrastructures existent. Dans cette région frontalière, on peut en effet trouver les vestiges d’un riche passé médiéval, et une large palette culturelle, ce qui a permis, ces dernières années, à Tlemcen de se développer pour devenir un centre stratégique d’action culturelle de notre pays. Et elle le sera davantage dès l’année prochaine à l’occasion de la manifestation culturelle de 2011 qui verra la participation de 52 pays arabes et musulmans.
Mais cela ne doit en aucun cacher le travail accompli par Tlemcen bien avant sa désignation comme capitale de la culture islamique 2011. En effet, l’effort culturel fourni par la ville a été exceptionnel au cours des dix dernières années.
Sur le plan social, plusieurs services de proximité ont été récemment réceptionnés alors que d’autres sont en cours d’achèvement pour assurer le bien-être de la population. Qu’il s’agisse de maison des jeunes, des stades, des aires de jeux, des piscines, etc., les pouvoirs publics ont mis en place un nombre important de structures de distraction, de sports et de loisirs pour les jeunes qui peuvent ainsi s’épanouir dans un environnement favorable.
A l’occasion de cette manifestation, des projets de restauration et d’aménagement ont été lancés pour redonner vie à des sites et monuments de la région en vue de relancer le tourisme culturel dans la région. En effet, qualifiée de ville d’art et d’histoire, idéalement située, Tlemcen a tout ce qu’il faut, en termes de potentialités, pour figurer sur les prospectus des tour-opérateurs et des agences touristiques. Le tourisme est l’un des pôles attractifs de la région de Tlemcen, et il représente une source économique non négligeable. Dotées d’atouts remarquables, la capitale des Zianides, avec la région de Nedroma, le site des Beni Snous et tant d’autres stations, a un riche patrimoine culturel et peut aisément devenir le centre exceptionnel d’une activité culturelle foisonnante.

Du côté des sites balnéaires, comptant sept plages, une ruée est constatée annuellement où pas moins de 5 millions d’estivants fréquentent ces plages. Pour permettre à cette région de développer un secteur en pleine expansion, pouvant potentiellement lui ouvrir une autre voie de développement, il est impérativement nécessaire que les responsables maintiennent le cap sur l’économie touristique qui est un nouveau gisement de croissance. Sur le territoire tlemcénien, non exploré encore, on peut aussi développer le tourisme de montagne grâce à la mise en valeur des nombreux sites et ressources qui existent. Les grottes de Beni Add, les monts verts des Beni Snous, le plateau de Lalla Setti, ou encore El Ourit ou Zarifet, relevant du parc national de la wilaya de Tlemcen, sont autant de sites qui attendent d’être pris en charge par une politique conséquente ouvrant la voie aux investisseurs et opérateurs capables de les exploiter.

En attendant, à la veille de cette manifestation, Tlemcen met les bouchées doubles pour être prête à accueillir l’événement dans les meilleures conditions. Les villes de la wilaya sont toutes en chantier. Des hôtels et des infrastructures culturelles sont en construction, des monuments sont en restauration… Tous les responsables concernés sont mobilisés pour suivre de près tous les travaux.

Amira Bensabeur La Tribune


          

Actualités: Liste des titres